Close
Toutes ces vies où nous nous sommes aimés – Céline Colle

Toutes ces vies où nous nous sommes aimés – Céline Colle

Quatrième de couverture :

Il est des évidences qui s’invitent dans nos vies avec la force d’une bourrasque et qui, sans prévenir, repartent en emportant avec elles nos certitudes et ce sentiment si fort d’être vivant. Le temps répare les cœurs, dit-on. Vraiment ? Valentine, elle, des années après sa rupture avec Jean, et malgré une douce vie de famille, croit encore trop souvent apercevoir au détour d’une rue l’homme qui jadis l’a fait chavirer. Il est temps que cela cesse. C’est donc déterminée qu’elle le recontacte, des années après, pour lui donner rendez-vous dans un café afin de refermer ce chapitre de leur vie avec plus de sérénité. Mais lorsque les anciens amants se retrouvent, la vérité les saisit : rien, absolument rien, n’a changé. Quelle est donc la nature de ce lien si spécial, comme animé par une force incontrôlable ? Que révèle-t-il de leur mission de vie ? Quel dernier choix s’apprêtent-ils à faire ? Et s’il s’agissait d’une rencontre karmique ?

Mon avis :

J’ai découvert ce livre par hasard. J’aime de plus en plus participer à des challenges livresques, entre autres pour faire de nouvelles découvertes et parfois aussi sortir de ma zone de confort. Et j’avoue : je ne regrette absolument pas. Je participe au Papothé, organisé par « Du côté de chez Gaëlle » sur Instagram et j’ai choisi ce titre dans la catégorie « Un roman dont l’auteur a le même prénom que vous ».

La couverture et le titre ont fini par me convaincre et ce fut une magnifique découverte. J’ai adoré le style d’écriture de l’auteure, et une fois commencé, impossible de lâcher ce livre. Je me suis prise d’affection pour Valentine et Jean et je suis passée par diverses émotions au fil de leur histoire. Un coup de foudre d’une telle évidence qui fera, à coup sûr, chavirer votre cœur également.

La force de l’amour qui transperce tout, qui fait palpiter notre cœur, tourbillonner notre regard, peut parfois nous empêcher de dormir. Illuminer aussi notre vie et vibrer totalement. Un amour unique qui nous tombe dessus par hasard (encore faut-il croire que ce dernier puisse avoir une quelconque influence) et peut nous faire perdre pied. Un amour qui peut être vécu de manière tranquille tant il apparaît évident, où plus violemment, douloureusement s’il se révèle impossible, interdit. Mais il se vivra passionnément, fougueusement et intensément.

Plus la passion est fulgurante, plus dure est la chute. Il n’ya pas plus beau, plus fort que l’amour volé, l’amour clandestin, celui qui nous met en danger, qui nous fait vibrer jusqu’à frôler la mort – Tahar Ben Jelloun

Deux âmes sœurs qui se reconnaissent, s’aimantent, ne peuvent pas vivre l’une sans l’autre. Traversent les épreuves du temps, s’enrichissent et se retrouvent indubitablement. L’union de deux corps, deux âmes pour l’éternité.

Un livre qui nous fait vivre l’intensité d’un amour unique, de l’intérieur, comme si on parvenait à se fondre dans les émotions des personnages. Un amour qui balaie tout sur son passage, qui nous rend vivant, mais qui peut également détruire tant il est douloureux quand il est vécu dans la l’ombre et qu’on prend conscience qu’il ne nous appartient pas totalement.

Un amour que l’on devine éternel, qui lie à jamais les deux âmes, peu importe le lieu et le temps qui passe. Foudroyant, lumineux qui éclaire la vie. L’amour dans toute sa splendeur, celui qui élève, encourage, fait pousser des ailes, nous transcende, défend et respecte. Tellement intense qu’il peut aussi nous perdre, nous détruire, nous faire perdre patience tant on veut cet amour exclusif, rien que pour soi, appartenir à l’autre et ne voir que par l’autre. Il peut étouffer et empêcher de se réaliser totalement parce qu’on ne souhaite que se fondre en l’autre, au risque de ne plus savoir qui l’on est.

On a beau cacher ses sentiments, se mentir, se voiler la face, rien ne pourra jamais faire disparaître, oublier les traces d’un amour aussi fort, pur, évident, cette sensation de ne faire qu’un tout le temps. Il laisse des traces et des souvenirs indélébiles dans le cœur de ceux qui ont vécu un amour inconditionnel, un amour secret, impossible.

Et puis, il y a ceux que l’on croise, que l’on connaît à peine, qui vous disent un mot, une phrase, vous accordent une minute, une demi heure et changent le cours de votre vie – Victor Hugo

Un livre que j’ai eu du mal à refermer tant je me suis imprégnée de cet amour qui peut sembler fou mais qui change à tout jamais ceux qui l’ont vécu. Alors meme mes mots me semblent bien faibles pour exprimer ce que j’lui ressenti à travers cette lecture. Je ne peux que vous conseiller de le découvrir à votre tour cette histoire empreinte de spiritualité, qui unit le sacré féminin au masculin dans ce qu’ils ont de plus pur. Une histoire que je ne suis pas prête d’oublier. Venez découvrir la puissance des mots de l’autrice et vous m’en direz des nouvelles.

Pour ceux et celles qui l’ont lu, n’hésitez pas à me partager vos avis, vos ressentis en commentaire.

Mes extraits :

« Cette complicité tue mais entendue au creux de laquelle reposent, bien au chaud, un secret, une tendresse infinie, une sensualité torride… une histoire d’amour… L’alchimie, dont certains sont en quête, est présente, à mes yeux, a chacun de nos instants, de nos effleurements, de nos silences… »

• « Valentine gardait le souvenir ardent de ce baiser volé. Elle avait alors senti comme une sourde prémonition que ce serait fort, intense et compliqué. Elle n’avait pas mesuré cependant la brûlure de l’absence, le poison de la jalousie et la violence de l’impatience »

« Sa femme sait intuitivement mais poser la question reviendrait à ouvrir une brèche dans laquelle elle ne veut pas s’engouffrer. Si elle l’aide à lui avouer son amour pour une autre, tout peut s’effondrer. Si elle se tait, si elle serre assez longtemps les dents, son mari n’osera jamais de lui-même avouer, partir, quitter son foyer, renoncer à ses filles au quotidien »

• « Tu l’as protégée, tu lui as offert tout le confort et la sécurité qu’elle méritait. C’est très bien mais dans le même temps, tu as étouffé ses rêves, empêché sa créativité de s’exprimer. Le masculin doit protéger le féminin sans le soumettre et permettre à cette énergie d’amour de créer, de s’exprimer, de mettre au monde, et pas uniquement des enfants… »

• « Grâce à cette rupture inconcevable, elle avait finalement remis sa vie à l’endroit. L’échec avec Jean avait été l’élément déclencheur d’un gros travail sur elle. Elle avait appris à parler, se livrer, identifier ses valeurs fondamentales, ce qui faisait sens pour elle, ce qui était essentiel, ce qu’elle voulait vraiment. Elle avait redessiné ses rêves, ses besoins, ses envies. Elle avait appris à se connaître, à se reconnaître, à s’aimer, à panser ses blessures, à guérir, à devenir responsables de son bonheur »

« S’il voulait cesser de se mentir à lui-même, il lui fallait se rendre à l’évidence. Il n’avait besoin ni d’un échange avec Valentine, ni d’une entrevue pour savoir ce qu’il ressentirait en la voyant. Il le savait déjà : un désir fou, une tendresse infinie »

• « Elle avait lu un article qui disait que lorsque deux personnes s’étaient très fortement aimées, elles étaient reliées par un fil invisible et que parfois l’un pouvait délivrer un message à l’autre à travers une pensée, un signe, un rêve… »

« Je pense que tu seras là, en moi, pour l’éternité. Je sais, ça paraît fou mais c’est ce que je ressens au plus profond de moi »

• « Je me sens entière, enfin… presque entière, si ce n’est ce bout de moi que j’ai l’impression d’avoir laissé en toi et qui me donne le sentiment que nous sommes… reliés, cette sensation que tu es là quoi que je fasse, tout le temps, partout »

Ma note : 10/10

%d blogueurs aiment cette page :