Close
Le bonheur n’a pas de rides – Anne-Gaelle Huon

Le bonheur n’a pas de rides – Anne-Gaelle Huon

Quatrième de couverture :

Le plan de Paulette, 85 ans, semblait parfait : jouer à la vieille bique qui perd la tête et se faire payer par son fils la maison de retraite de ses rêves dans le sud de la France. Manque de chance, elle échoue dans une auberge de campagne, au milieu de nulle part. La nouvelle pensionnaire n’a plus qu’un objectif : quitter ce trou le plus vite possible ! Mais c’est sans compter sur sa nature curieuse et la fascination que les autres résidants, et surtout leurs secrets, ne tardent pas à exercer sur elle. Que contiennent en effet les mystérieuses lettres cachées dans la chambre de monsieur Georges ? Et qui est l’auteur de l’étrange carnet trouvé dans la bibliothèque ? Une chose est certaine : Paulette est loin d’imaginer que ces rencontres vont changer sa vie et peut être lui donner du sens.

Mon avis :

Première lecture de cette auteure et sublime découverte. J’ai énormément apprécié l’environnement dans lequel les personnages évoluent, cette auberge de campagne simple mais avec tellement d’authenticité, de bienveillance. Des liens très forts unissent les habitants au personnel qui prend soin de ces âmes esseulées et qui ont tant besoin d’attentions. Une oreille attentive, un regard doux, un geste rempli de tendresse, une parole réconfortante. Une auberge comme on aimerait forcément y loger un jour ou l’autre. Un attachement certain, une amitié, une solidarité et une entraide de chaque instant. L’histoire de Paulette, cette vieille femme qui souhaite finir sa vie dans un établissement luxueux, va découvrir dans cet environnement calme et paisible, la vie de ses compagnons et s’y attacher malgré elle. Il n’y a évidemment pas d’âge pour se lier d’amitié, rencontrer l’amour quand on s’y attend le moins. C’est tout cela que va découvrir Paulette et lui redonner goût et espoir en la vie. Quelle aventure, riche en émotions, que la vie va offrir à ces habitants où chacun avait son lot de déceptions et chagrins. Une histoire qui souffle des notes d’espoir et de légèreté et qui rappelle à quel point il est important de savourer l’instant présent.

Mes extraits :

• »La vieille dame chérissait les moments où elle et son fils se retrouvaient seuls »

• »Elle s’oubliait un peu en prenant soin des autres et ça lui allait bien « 

• »Je pleure comme un enfant et ne sais te dire combien ta présence adoucirait ma peine….Je ne pense qu’à toi entre deux sanglots. A tes bras qui m’enlacent à distance…Dis moi que nous deux existe encore pour toi et que je ne suis pas seul »

• »Je me connais trop bien pour ignorer que je continuerai de t’aimer tant que je vivrai »

• »On tentait de se convaincre qu’on était entouré mais les épreuves de l’existence se vivaient seul »

• »C’est en s’aimant soi-même qu’on peut un jour aimer les autres »

• »Les enfants, on les élevait en les gonflant de rêve, d’amour et d’espoir, et on les retrouvait un matin, déçus et brûlés par la vie »

• »La profonde mélancolie dans laquelle l’avait plongé sa première histoire d’amour déçue. Il lui avait fallu du temps et de la solitude »

• »Elle savoura cette étreinte comme elle savourait à présent chaque bouchée de bonheur que lui octroyait la vie »

• »Elle aurait du plaisir à le contempler depuis le ciel »

%d blogueurs aiment cette page :