Close

Eleanor oliphant va très bien – Gail Honeyman

Quatrième de couverture :

« Peu soucieuse des bonnes manières et du vernis social, Eleanor Oliphant dit les choses telles qu’elle les pense. Fidèle à sa devise « Mieux vaut être seule que mal accompagnée », elle évite ses semblables et préfère passer ses vendredis soir en compagnie d’une bouteille de vodka. Rien ne manque à sa vie minutieusement réglée et rythmée par ses conversations téléphoniques hebdomadaires avec « maman ». Mais tout change le jour où elle s’éprend d’un chanteur de rock. Eleanor découvre alors que, parfois, même une entité autosuffisante a besoin d’un ami…. »

Mon avis :

Ce livre a suscité un véritable engouement international et a été couronné « livre de l’année » par le British Book Award. Malgré quelques longueurs au début de l’histoire, j’ai vite saisi les difficultés rencontrées par Eleanor. Une jeune femme éloignée des conventions qui mène sa vie comme elle le souhaite, loin du qu’en dira-t-on. J’ai vite compris qu’Eleanor avait des problèmes et qu’elle ne menait pas une vie normale pour son âge. Mais que cache Eleanor pour s’être mise en retrait de la vie ??? Sa vie va, malgré tout, évoluer peu à peu grâce à sa rencontre avec Raymond, un collègue de travail, qui va l’entraîner naturellement hors des sentiers battus et de sa vie millimétrée. Elle va faire davantage place à l’inattendu et suivre les conseils toujours bienveillants de cet ami. Un regard neuf sur elle qui va l’aider à avancer et se poser les bonnes questions. Un roman rempli de tendresse et douceur pour aborder un sujet grave : la négligence psychologique, l’absence de protection d’un parent qui faillit à son devoir, le manque d’un regard rempli d’amour inconditionnel. Comment s’aimer et se respecter quand on grandit sans avoir reçu d’amour ? Telle est la question de fond de ce roman qui bouleverse. La réponse est en chacun de soi, chaque décision nous appartient. Grâce à la rencontre de Raymond, qui possède un cœur en or et prendra soin d’elle à chaque fois qu’elle en aura besoin, Eleanor parviendra à prendre des décisions qui la sauveront d’une dépression profonde. Eleanor avait tant besoin de se lier à quelqu’un pour l’aider à surmonter son passé. Un traumatisme enfoui depuis l’enfance qui la tenait écartée de la vie. J’ai aimé ce combat qu’Eleanor mène pour revenir à la vie, accepter son passé si douloureux, oublier la culpabilité face au drame enduré, sa reconstruction……

Mes extraits :

• « Personne ne m’avait jamais regardée de cette façon-la, mais j’aurais su reconnaître l’amour si on m’en avait témoigné »

• »Je ne me souvenais pas d’avoir jamais été félicitée. C’était vraiment très agréable »

• »Tout l’amour du monde ne suffit pas toujours. L’amour, seul, n’a pas le pouvoir de protéger ceux qu’on aime »

• »Rien ne pouvait être pire que ce que j’avais vécu ; c’est ce qui fait ma force »

• »La mort, toute cette souffrance qui s’abattait sur des gens si gentils qui n’avaient rien fait pour le mériter, et personne ne pouvait l’empêcher »

• »J’étais une femme de 30 ans et je craquais comme une adolescente sur un homme que je ne connaissais pas. Je m’étais persuadée que c’était l’homme de ma vie, qu’il m’aiderait à devenir normale, qu’il réparerait tout ce qui clochait dans mon existence »

• »C’était à moi de régler le problème. Je ne pourrais jamais échapper au passé ni le réécrire »

• »Je savais que personne n’était supposé vivre de cette manière : travailler, boire de la vodka, dormir, et répéter ce cycle en boucle ; se replier sur soi, sur le silence, la solitude ; éviter de sortir »

• »Personne ne m’avait jamais montré le bon chemin et, bien qu’ayant fait de mon mieux au fil des années, je ne savais pas comment m’y prendre pour améliorer ma situation »

• »Un ami sincère reste en contact avec vous même lorsque vous êtes triste, bouleversé, ou que vous avez un comportement difficile. Un ami sera toujours là en cas de besoin, quelle que soit la gravité de la situation »

• »Quand on a du mal à contrôler ses émotions, il est très difficile de se trouver en situation de devoir gérer celles des autres »

• »Parfois tu juges les gens trop vite. Tu ne peux pas te faire une idée précise de quelqu’un après l’avoir regardé pendant 10 secondes »

• »La partie intacte de mon cœur, juste assez grande pour accueillir un peu d’affection. Avoir un ami sincère qui m’a sauvé la vie »

• »Parfois, on a juste besoin de sentir une présence bienveillante à côté de soi pour supporter une épreuve »

• »Je me suis abandonnée à son étreinte et même serrée contre lui, parce que force était de reconnaître que, à ce moment particulier où je me sentais submergée par l’émotion, me retrouver dans ses bras relevait du miracle »

%d blogueurs aiment cette page :