Close
Cueilleuse de thé – Jeanne-Marie Sauvage-Avit

Cueilleuse de thé – Jeanne-Marie Sauvage-Avit

Quatrième de couverture :

Au Sri Lanka, l’ancien Ceylan, Shemlaheila est cueilleuse de thé dans une plantation. Depuis dix ans déjà, elle ploie sous les lourds sacs de feuilles de thé et sous le joug des contremaîtres, mais, à l’aube de ses vingt ans, la jeune femme a d’autres rêves. Elle est bien décidée à partir, à échapper à la condition de celles qui, dans les théiers et dans les maisons, sont au service des hommes. Elle ne sera pas cueilleuse de thé toute sa vie, comme sa mère, comme toutes ces femmes asservies qui n’ont d’autres horizons que les interminables rangées de théiers…

Du Sri Lanka à Londres, à la découverte d’un pays complètement différent du sien, Shemla va découvrir une autre culture, d’autres personnes et surtout d’autres envies. La cueilleuse de thé qu’elle a toujours été choisira-t-elle de revenir au pays, ou de se créer une nouvelle vie ?

Mon avis :

Il est des livres que l’on découvre par hasard. Des livres qu’on n’aurait pas forcément choisis sans un petit coup de pouce. Il y a tant de livres qui nous attire, par leurs auteurs, par leur titre ou tout simplement leur couverture. Comment choisit-on notre prochaine lecture ? Vaste question me direz vous. L’humeur du moment peut-être. Pour ma part, j’ai choisi cette nouvelle lecture dans le cadre d’un challenge littéraire organisé sur Instagram. Je devais choisir un livre sur le thème du thé. Rien de précis ne me venait à l’esprit jusqu’à ce que je croise la couverture de ce livre. Une évidence…

Ce coucher de soleil sur les vastes plantations de thé, avec cette jeune femme sublime. Je supposais un total dépaysement et la découverte de ce milieu dont j’ignore tout. J’étais loin d’imaginer la claque que je prendrais en découvrant la réalité de ce que vivent les cueilleuses de thé. Jamais plus je ne boirais cette boisson que j’affectionne tout particulièrement sans une pensée émue pour ce que ces femmes endurent. Bouleversant.

C’est l’histoire d’une jeune femme, Shemlaheila, qui décide de quitter la seule vie qu’elle a toujours connu. Avec courage et détermination afin de devenir une femme libre. Libre de ses choix. Avec rien, juste sa volonté de s’offrir une meilleure vie, loin des plantations de thé, de cette existence d’esclave moderne. Une histoire de femme forte pour sortir de la condition dans laquelle elle est enfermée. Elle mettra toute son énergie à s’offrir un avenir plus lumineux. Elle n’a de cesse de prendre son destin à bout de bras et de prouver que rien n’est jamais irrévocable à condition de tenter, de garder l’esprit ouvert à toute opportunité, provoquer et saisir la chance à chaque fois qu’elle se présente.

Une histoire comme je les aime profondément, où l’humain est souvent capable du meilleur, mais parfois aussi du pire. Je ne veux retenir que le côté lumineux, cette force invisible qui nous entraîne vers l’inconnu, à la recherche de ce que la vie a de meilleur à offrir. Puiser l’audace et la volonté d’apprendre toujours, après avoir fui, avec excitation et peur à la fois. Se laisser guider au fil des rencontres sans jamais quitter son objectif de vie des yeux. Cette curiosité, cette soif de découvrir sans cesse de nouvelles choses pour nous enrichir. Garder cette ouverture d’esprit, cette douceur malgré la dureté des épreuves.

Cette histoire aussi merveilleuse que puisante se révèle une véritable leçon de vie. Cette aventure éprouvante des réfugiés, la condition des femmes en Inde m’ont émue aux larmes. Alors oui, je ne dégusterai plus jamais mon thé de la même manière. C’est l’image de Shemla qui s’impose désormais à moi, cette femme courageuse qui s’est battu pour sa liberté, celles des autres cueilleuses qu’elle n’a jamais oubliées, au point d’honorer sa promesse au moment de partir. Pour que plus jamais ces femmes vulnérables, à la merci de leur employeur, ne soient victimes d’actes abominables.

Du Sri Lanka à Londres, laissez vous entraîner à découvrir la vie éprouvante des cueilleuses de thé, et celle de Shemla qui, par sa luminosité et son courage, va s’offrir la liberté dont elle a toujours rêvé. Un monde de voyage et les dessous d’un tourisme qui nous est méconnu tant qu’on ne le parcours pas de l’intérieur. Cette lecture a été un véritable coup de cœur pour moi et je ne peux que vous la recommander.

Mes extraits :

• « C’est à toi de créer ta vie »

• « C’est terrible la vieillesse, vous savez mon petit. Les choses vous échappent, comme la vie… Des bribes d’images qui passent devant les yeux, qui s’enfuient… »

• « Shemlaheila prit conscience des ravages de la maladie, de la sénilité, quand la vieillesse vous enlève les souvenirs, remplir votre cerveau de doutes, de crainte et d’agressivité »

• « Notre société veut qu’on vive le plus longtemps possible. Ceux qui contrecarrent cette volonté sont très mal considérés. La médecine a tous les droits, même celui de nous imposer de vivre »

• « Elle l’avait sentie pleine de colère devant ces mères qui perpétuaient des traditions dont elles avaient elles-mêmes souffert : les mariages forcés où l’amour n’avait pas sa place, les brimades des belles-mères envers leurs brus, le refus de porter plainte contre les violences d’un mari »

• « Plus tard, viendraient l’exaltation du retour, la joie de son enrichissement, la gratitude pour ce qu’elle était devenue. Elle n’avait pas seulement appris la langue, elle n’avait pas seulement engrangé des connaissances, elle avait appris la liberté d’être femme »

« Quand tu es triste, concentre ton esprit sur une belle image, imagine-toi dans une situation agréable, oublie le présent »

Ma note : 10/10

%d blogueurs aiment cette page :