Close
Le vieux qui déjeunait seul – Léa Wiazemsky

Le vieux qui déjeunait seul – Léa Wiazemsky

Quatrième de couverture :

Tous les lundis à midi et demi, elle le voit s’installer à la table 10 et commander son bœuf-carottes, derrière ses verres fumés. Qui est donc ce vieil homme pour lequel Clara, la serveuse, sent d’emblée une tendresse infinie ? Leurs deux solitudes, silencieuses et meurtries, se sont déjà reconnues. Elle, étouffée par une histoire qui la hante, lui, prisonnier d’un passé qui l’isole, s’échangeront les mots qu’il faut, les pardons qu’ils attendent, le plaisir de l’instant – une amitié pour la vie et le bonheur en héritage…

Mon avis :

Premier livre de cette auteure et coup de cœur. J’ai aimé profondément Clara et Clément, ces deux âmes en souffrance, qui étaient faits pour se rencontrer et s’apaiser mutuellement. Une amitié au-delà du temps qui se révèle si évidente. Ils ont tant à s’apporter.

Clément, vieil homme de quatre vingt cinq ans, bibliophile, vit avec son attachant Monsieur Marcus. Il vit seul et porté le poids d’un passé qui a ruiné sa vie. Clara, jeune femme de vingt six ans, est serveuse. Elle se sent proche des personnes âgées, elle aime les observer de son regard protecteur et veiller sur eux. Ces deux êtres, fragilisés et cabossés par le poids du passé, étaient faits pour se rencontrer.

Clara lui apporte ce vent de jeunesse et de légèreté, lui insuffle la vie qui s’échappe progressivement de lui. Il retrouve un regain d’énergie, de bonheur, d’envie de vivre en la côtoyant. Lui qui est sans famille voit en Clara, cette petite fille qu’il aurait tant aimé avoir. Eux qui se sont reconnus au premier regard vont découvrir que leur histoire est liée à jamais. Deux êtres abîmés par un même événement, malgré leur différence d’âge, et qui vont se réparer mutuellement.

Ils vont partager les pans de leur vie les plus douloureux et à travers ces confidences, découvrir le poids de leurs secrets jamais avoués. Clara vit enfermée dans une culpabilité qui ne lui appartient pourtant pas mais qui la ronge et l’empêche d’être heureuse. Clément va-t’il réussir à lui apporter la paix dont elle a besoin pour se libérer des horreurs commises par un membre de sa famille alors qu’elle n’était pas encore née ?

Ce livre, d’une tendresse infinie, m’a tellement attendrie grâce à ce duo improbable. Un amour bienveillant et protecteur unit Clara et Clément. Une jeune femme à la recherche du grand-père qu’elle n’a jamais eue. Deux solitudes, deux âmes en peine qui vont se reconnaître, s’apprivoiser et se réconcilier avec la vie car malgré toutes les horreurs qu’elle permet, elle peut encore offrir des moments de bonheur incommensurables.

Malgré leurs blessures respectives, ils vont s’offrir le plus beau des cadeaux : une relation qui va les réconcilier avec la vie, le pardon aussi difficile que nécessaire pour continuer à vivre dans la sérénité. Ce livre est empli d’humanité et d’amour. Ce livre m’a bouleversée comme j’étais loin de pouvoir l’imaginer.

Un livre court, d’à peine cent cinquante pages, qui nous entraîne dans une relation si touchante, dans les profondeurs d’un amour capable de sauver des vies d’une douleur trop bien enfouie, trop bien cachée. Une histoire qui redonne de l’espoir et foi en la vie malgré toutes ses horreurs.

Sur fond des souvenirs de la guerre, ce livre est un hommage vibrant à ceux qui ont lutté avec courage, se sont battus avec honneur pour leur pays et sauvé des vies d’une mort certaine, se sont engagés dans la Résistance avec conviction.

Mes extraits :

• « Je n’ai et je n’aurai qu’une mère ! J’éprouve ce que doit éprouver tout enfant lorsqu’il voit ses parents vieillir ; l’envie de les protéger et les garder auprès de soi pour toujours »

• « Ce que j’ai lu dans son regard posé sur moi, jamais je ne l’avais vu ailleurs. Une tendresse et une pointe de fierté à mon égard qui m’ont donné le sentiment d’être capable de déplacer des montagnes »

• « J’ai compris pourquoi le destin nous avait mis face à face. Elle est là pour éclairer de sa jeunesse mes derniers élans de vie, et moi pour lui permettre de se pardonner et de s’aimer enfin »

• « Le bonheur, cela se décide . Tu le portes en toi comme le plus beau cadeau que la vie t’a donné. C’est à toi de le semer et de le faire pousser. Lorsque tu as trouvé la graine, tu dois la protéger, lui donner un peu d’eau, elle grandira et prendra de la place »

• « Au milieu des pires horreurs, cet homme a su garder cette flamme qui rend son regard si beau. Il m’a donné la foi. Je sais aujourd’hui que, quels que soient les tourments que la vie m’enverra, je saurai rester droite avec au fond de mon cœur ce goût du bonheur qu’il a fait naître en moi »

« Fais de ta vie ce que tu veux qu’elle soit »

Ma note : 9/10

%d blogueurs aiment cette page :