Close
Mission Hygge – Caroline Franc

Mission Hygge – Caroline Franc

Quatrième de couverture :

Reporter de guerre émérite, Chloé aime le frisson, l’adrénaline, le danger. Mais quand elle est coincée au journal, elle est insupportable. Son rédacteur en chef décide donc de l’éloigner un moment, pour le bien des équipes. Direction Gilleleje, petit village côtier au nord du Danemark, dont les habitants viennent d’être très sérieusement déclarés « les plus heureux du monde ». Le bonheur ? Chloé ça lui file le bourdon…mais on ne lui laisse pas le choix : c’est ça ou la porte. Alors l’habituée des conflits va devoir s’adapter aux grosses chaussettes au coin du feu. Et cela pourrait bien changer sa vie.

Mon avis :

Qui n’a jamais entendu parler de Hygge ? Des tas de livres sont sortis sur ce sujet, qu’on prend plaisir à ressortir de nos bibliothèques quand l’hiver pointe le bout de son nez. Se créer un nid douillet, tricoter au coin du feu, allumer des guirlandes lumineuses, déguster une boisson réconfortante… Qui n’a pas envie d’adopter ces principes qui font du bien ?

Après avoir découvert le Danemark, à travers la lecture du Syndrome de l’hippocampe de Zoé Brisby, j’ai décidé de rester encore un peu dans ce pays nordique. Ce livre, reçu dans mon ptit colli auquel je suis abonné, était en attente dans ma PAL. Le moment idéal pour le découvrir, enfin. Avec ce froid, l’envie de mettre en application tous les principes du Hygge et de savourer pleinement chaque petit moment du quotidien.

Se recentrer sur soi, être à l’écoute des autres, se créer un nid douillet. J’ai lu ce livre emmitouflée dans mon plaid fétiche, bien chaud, entourée de pleins de bougies, une tasse de thé brulant à la main. Et j’ai pris énormément de plaisir 😃 Envie de me poser, me détendre, ralentir, cuisiner ces petits roulés à la cannelle qui embaument la cuisine.

Chloé, journaliste qui aime plus que tout être sur le terrain, se voit confier une mission afin d’étudier le bonheur, dans un village danois. Agressive et pas spécialement aimable, elle est pourtant accueillie chaleureusement par Birgit, qui va la prendre sous son aile et prendre soin de son âme en peine.

Afin de ne pas être démasquée, elle va avoir pour couverture, un job dans une auberge, déniché par son patron. Un lieu où elle va rencontrer Inge et Jorgen. Avec son caractère bien trempé, elle va les juger sévèrement, sans prendre le temps de creuser pour mieux les comprendre. Qui sont ces habitants qui aiment courir sous la pluie ?

Cette escapade forcée au Danemark va lui permettre de faire un travail sur elle-même, d’apprendre à maîtriser ses nerfs en acceptant la tristesse qui sévit tout au fond d’elle. Elle va s’ouvrir aux autres et se laisser aller à la gourmandise. Les danois se révèlent être les champions pour préparer des gâteaux, car chaque occasion se doit d’être fêtée dans un climat de douceur.

Un livre qui fait du bien et se révèle foncièrement positif, enrichissant. Beaucoup de choses à méditer et emprunter à ce pays qui mise sur le bonheur, le bien-être, le respect et dont les journées de travail finissent relativement tôt.

Un temps pour le travail, un temps pour soi

Vis comme si demain il n’y avait plus de café

Mes extraits :

• « Les nombreux vélos appuyés sur les rambardes attirèrent son attention. Pas un seul était cadenassé. Chloé songea avec une certaine amertume aux antivols de compétition dont étaient affublés les deux-roues à Paris, ce qui ne l’avait jamais empêchée de se faire subtiliser ou vandaliser cinq vélos en dix ans »

• « Nous sommes une société très libérale, nous estimons que chacun a le droit de vivre comme il l’entend. Tu n’entendras pas souvent un Danois critiquer un de ses concitoyens sur son mode de vie. Mais nous pensons que respecter la loi, c’est la condition sine qua non pour que chacun conserve ses libertés »

• « Ce n’est pas parce qu’on est triste qu’on est obligé d’être malheureux. On peut être triste et de donner l’autorisation d’être heureux, par moments en tout cas. On peut avoir mal, mais refuser que ça nous définisse »

• « Le Hygge, c’est une façon de vivre. Comme si on mettait en place des petits rituels, pour que les bons moments soient encore meilleurs. Avoir envie de se sentir mieux chez soi »

• « Les Danois n’ont pas découvert la fontaine de Jouvence, ni le paradis sur Terre. Mais ils détiennent une compétence dont nous manquons cruellement dans notre pays : celle consistant à décider d’être heureux. Envers et contre tout »

• « Jouir des bonheurs minuscules, ne jamais laisser passer une occasion de célébrer le moindre événement positif, arborer un sourire en béton armé lorsque la vie joue des tours, courir sous la pluie parce que si l’on attend qu’il fasse beau, on n’ira jamais courir »

Ma note : 8/10

%d blogueurs aiment cette page :