Close
Le tourbillon de la vie – Aurélie Valognes

Le tourbillon de la vie – Aurélie Valognes

Quatrième de couverture :

Le temps d’un été, Arthur et son petit-fils rattrapent les années perdues. Plus de 60 ans les séparent, mais ensemble ils vont partager les souvenirs de l’un et les rêves de l’autre. Le bonheur serait total si Arthur ne portait pas un lourd secret.

Un roman sur le temps qui passe, la transmission et les plaisirs simples qui font le sel de la vie.

Mon avis :

J’aime profondément cette auteure qui parvient à me toucher systématiquement par sa sincérité et son humanité. Ses mots sont tellement vrais. Ce livre est d’une tendresse infinie. J’ai été touchée par cette histoire entre Arthur et son petit-fils de huit ans. Ils vont partager un été à la saveur particulière et comptent bien savourer chaque seconde comme si elle pouvait être la dernière.

La joie de passer l’été au bord de la mer, à se baigner et nager jusqu’à la bouée jaune et avoir les lèvres toutes bleues, se réconforter en choisissant toujours le même parfum de glace auprès d’une charmante vendeuse. Aller pêcher et apprendre la patience et la satisfaction d’avoir réussi à attraper de belles proies, voir de leur rendre leur liberté…

Arthur, ancien comédien, transmet sa passion à Louis. Il l’aide à apprendre des textes, à jouer des rôles, faire semblant. Lui révèle pleins d’anecdotes sur sa carrière, son plaisir d’être sur scène, sa hantise d’oublier son texte. Mais aussi ses regrets, son manque de présence auprès de sa fille Nina.

Un amour inconditionnel unit Arthur et Louis. Ils souhaitent prolonger au maximum ce temps ensemble, qu’ils chérissent autant l’un que l’autre. Ils se comprennent les yeux fermés. Leur relation est juste merveilleuse, tellement bienveillante. Louis prend soin de son grand-père et fait d son mieux pour lui rendre la vie la plus agréable possible. Son énergie, son enthousiasme et son innocence se révèlent si revigorantes pour Arthur. Son âge ne semble plus avoir d’effets sur lui en sa présence.

Le tourbillon de la vie : voici en quelques mots significatifs la dédicace écrite sur les carnets de confidences qu’Arthur offre à son petit-fils. Un cadeau inestimable où il a pris soin de noter ses souvenirs afin de les transmettre à celui qu’il aime plus que tout.

La vie comme une poésie qu’on apprend par coeur, quelques notes de musique, le souffle du vent, le bruit des vagues, les paroles d’une chanson qui réveille nos plus beaux souvenirs. Se tenir la main et fermer les taux pour conserver ces instants précieux gravés au fond de nous. Profiter de la présence de ceux que nous aimons et se remplir de leur amour protecteur.

Est-ce le confinement qui déclenche ces sentiments et ce besoin immense de retrouver nos proches, se serrer très fort dans les bras, se murmurer cet amour inconditionnel, se raconter avec sincérité en brisant ces barrières érigées au fil du temps. Ce livre a le mérite de nous rappeler l’importance de se dire ou s’écrire la force de cet amour qui nous remplit, la force qu’il nous apporte pour traverser les tempêtes. Être présent, s’occuper de nos parents, les aider et les soutenir en les entourant d’amour tant qu’ils sont présents. Ne pas les laisser glisser et s’enfermer dans la solitude dévastatrice.

Et vous, quels sont vos meilleurs souvenirs avec vos grands-parents ? Racontez-moi vos plus beaux souvenirs 😍

Mes extraits :

• « Ça veut dire quoi raisonnable ? – C’est quand on n’a pas envie de faire quelque chose et qu’on doit le faire quand même – Moi, si c’est comme ça, j’voudrais jamais devenir un adulte »

• « Ce qui est triste, c’est le temps qui passe. On vieillit et quelque chose nous échappe un peu plus chaque jour. On dresse la liste des « plus jamais ». Faire le deuil d échasse période de sa vie : deuil de l’enfance, deuil d’une certaine jeunesse, deuil de la fraternité, deuil de l’amitié invincible, deuil des parents parfaits, ceux que l’on n’a jamais eus et que la vie ne nous donnera pas »

• « La voix, c’est la mémoire de l’âme, et comme la mémoire, comme le corps, ça s’entretient et ça vieillit avec les épreuves de la vie »

• « Mine de rien, Louis a planté une graine persistante dans l’esprit d’Arthur avec son idée des premières fois. Désormais, le grand-père essaie, chaque jour, des choses nouvelles. Expérimenter, tous les jours, apprendre, même si parfois on ne réussit pas, même si quelquefois ce n’est pas assez. Mais tenter tout de même »

• « Raconter pour exister encore, pour laisser une trace de mes souvenirs et tout dire à ceux que j’ai aimés »

• « Son père est sa déchirure. Depuis sa plus tendre enfance, elle s’est appliquée à le détester et à lui en vouloir, parce que la colère lui paraissait plus simple à supporter. Mais le retrouver ainsi, après tout ce temps, alité sous cette lumière blanche, la bouleverse. Et s’il était parti sans qu’ils aient pu se dire au revoir, sans s’expliquer ou se pardonner ? Cette question est une douleur trop grande pour elle, car elle ne sait si la réponse aurait été un soulagement, mettant un point final à une vie de remords, ou simplement une peine immense »

• « J’ai choisi de ne pas me laisser abîmer par les autres. J’ai choisi d’oublier les regards qui font mal, toutes ces phrases qui blessent, qui vous rabaissent, qui font de vous un moins que rien »

• « Ce qui va me manquer, c’est cette joie d’être au monde, ce contentement profond. C’est être avec toi. Être là, présent, à côté de toi, et sentir la chaleur de ta main, le poids de ta tête sur mon épaule, entendre ton rire qui chauffe mon cœur à chaque fois. Ne perds jamais ton rire , tu a s’e plus beau rire du monde. Promets-moi de rire, même les jours où tu seras triste »

Ma note : 9/10

%d blogueurs aiment cette page :