Close
L’atelier des souvenirs – Anne Idoux-Thivet

L’atelier des souvenirs – Anne Idoux-Thivet

Quatrième de couverture :

Jeune diplômée un peu timide, Alice végète à Paris. La maison héritée de sa grand-mère, dans la Meuse, sera l’occasion d’un nouveau départ. Armée de son seul courage, elle propose ses services aux maisons de retraite environnantes. Son idée ? Animer des ateliers d’écriture auprès de pensionnaires qui ne demandent qu’à se raconter. Germaine la bougonne, la très posée Suzanne, l’impeccable Georges, Jeanne, Lucien….Tous lui ouvrent bientôt leur boite a souvenirs. Mais il est une chose qui les intéresse bien plus que leur passé : l’avenir d’Alice, ce cœur solitaire qu’ils vont s’employer à rallumer…..

Mon avis :

Un roman tendre, rempli d’amitié, d’entraide. Une histoire pleine de vie dans cette maison de retraite avec des personnages attachants qui vont unir leurs forces et leurs idées pour réenchanter la vie d’Alice, cette jeune femme qui s’est renfermée sur elle-même et a mis de côté ses projets professionnels et sa vie amoureuse. Peu de pensionnaires se sont inscrits aux ateliers d’écriture d’Alice mais ce groupe se révèle soudé et motivé. Chaque récit est émouvant et raconte une part enfouie de leur passé. Ce travail offre de passionnantes perspectives sur le plan humain, ce dont Alice a grandement besoin. Alice se voit proposer d’animer un atelier de créativité avec l’école du village. L’enthousiasme et la fraîcheur des enfants ont le pouvoir d’effacer ses aigreurs. S’ensuivra l’idée fantastique d’un atelier intergénérationnel très enrichissant.

Ce livre nous fait vivre différentes idées autour de l’écriture et donne envie de s’y mettre : atelier topographique, journal intime….. L’écriture qui fait du bien, soulage, permet de confier ses émotions et soulager ses peines, ses doutes, ses peurs et angoisses, permet de prendre du recul afin d’y voir un peu plus clair, se libérer d’un poids parfois trop lourd à porter…

On y aborde aussi la fin de vie qui fait partie intégrante de ces lieux de vie et fait prendre conscience de ce qu’implique un travail avec les personnes âgées : on découvre des personnalités auxquelles on s’attache, on s’investit émotionnellement en partageant tous ces moments du quotidien, en étant à leur écoute…

Une belle histoire d’amitié entre Alice et Chloé qui est ergothérapeute. Cette dernière aime s’occuper des « causes perdues » !!!!! Elle va l’aider à sortir de sa coquille, reprendre confiance en elle, oser….on découvre qu’Alice aime en secret un certain Antoine. De fausses pistes en idées plus ou moins farfelues, on suit les aventures de ce petit groupe soudé et attachant.

On découvre le Club de Juliette situé à Vérone où l’on peut écrire une lettre, se confier, demander conseil. Et attendre impatiemment une réponse. Notre petit groupe des six va tout faire pour jouer les intermédiaires et permettre à l’amour de se révéler au grand jour.

Mes extraits :

•  » L’écriture a le pouvoir s’ouvrir les vannes de la mémoire »

•  » Il est judicieux de valoriser les souvenirs d’enfance de ces aînés, dont il fallait patiemment rembobiner le fil de la mémoire pour en découvrir les parcelles préservées »

•  » On ne quitte pas ceux qu’on aime, on les emporte dans son cœur »

•  » Il faut parfois saisir la main qu’on nous tend. Ce n’est pas une honte »

•  » Faites vous confiance et faites confiance aux autres par la même occasion. Oser, ça commence par là »

2 thoughts on “L’atelier des souvenirs – Anne Idoux-Thivet

  1. Une lecture assez sympathique, avec pour originalité la mise en scène de personnages de tous les âges, plus particulièrement du troisième âge. Ces personnages sont assez attachants. Ce qui m’a intéressée le plus et que j’ai trouvé le plus touchant, personnellement, c’est le côté nostalgique du travail de mémoire fait a travers l’écrit, plus que les histoires d’amour d’Alice et des autres personnages de son âge, qui m’ont semble assez mièvres et peu crédibles. Un roman « feel-good » mignon, mais sans plus. C’est un peu dommage, car Idoux-Thivet touche quand même à certains sujets plus « graves », comme les maladies dégéneratives ou la solitude, qui auraient pu être un peu plus poussés. Note : merci a NetGalley et Michel Lafont pour la copie gratuite de l’ouvrage en échange d’une critique honnête.

    1. Sujet passionnant que ces ateliers d’écriture où chaque personnage prend un grand plaisir à raconter ses souvenirs. Moments de partage, convivialité où chacun se sent vivant à travers ses propres mots. Cela donne de belles idées d’écriture, avec différents exercices, pour entretenir sa mémoire. Je trouve important, voir essentiel, de transmettre par l’écriture ses souvenirs pour continuer à les faire vivre le plus longtemps possible.

Comments are closed.

%d blogueurs aiment cette page :